Ta montre cardio te ment ?

Dans un précédent article, j’ai parlé de l’intérêt ou pas de compter ses calories. Dans le cas où vous auriez choisi cette méthode, elle n’a de sens que si vous savez ce que vous dépensez en termes d’énergie. Certains examens médicaux ou encore calculs à partir de données anthropométriques simples permettent d’avoir une idée de votre dépense énergétique, bien qu’il s’agisse d’une estimation de vos besoins énergétiques. De plus, vos dépenses varient probablement beaucoup d’un jour à l’autre, et vous pouvez être tenté de l’adapter à vos besoins du jour.

Plutôt que de vous perdre dans des calculs sans fin, vous avez remarqué que votre montre cardio compte vos calories. Vous avez cherché «la plus fiable » sur internet, avez dépensé des dizaines ou de centaines d’euros, mais pouvez-vous réellement vous y fier ?

Avant de nous lancer dans les dépenses liées aux sport, nous allons déjà voir si la dépense énergétique au repos de votre montre peut être fiable.

Comment calcule-t-on la dépense énergétique ? La dépense énergétique est exprimée en calories, une unité qui mesure la production de chaleur. On peut donc faire une calorimétrie directe pour mesurer la production de chaleur, mais c’est très contraignant voire quasiment impossible à réaliser, donc la méthode utilisée en laboratoire est plutôt une calorimétrie indirecte calculée à partir des échanges gazeux (O2/CO2), notamment pour les tests d’effort. On peut aussi utiliser un accéléromètre qui mesure l’intensité des mouvements.

Comment fonctionne les montres ?

Vous entrez votre poids, votre taille, votre âge, le sexe, et elle mesure votre fréquence cardiaque en continue. Pourquoi la fréquence cardiaque ? Parce que cela présuppose un lien de proportionnalité entre la VO2 et la fréquence cardiaque. C’est vrai dans certaines conditions, mais pas dans toutes. Et les résultats peuvent être vraiment incohérents, car cette courbe cette courbe FC / VO² évolue de manière asymptotique.

Sans rentrer dans les détails complexes de l’effort aérobie, essayez simplement de suivre le raisonnement suivant :

De quoi a-t-on besoin pour calculer votre métabolisme, si on se base sur les formules les plus fiables actuellement utilisées ?

De votre poids, de votre taille, de votre âge, de votre sexe, de votre niveau d’activité et TEF (dépense énergétique post prandiale en fonction de la qualité de la nourriture que vous ingérez) et de votre composition corporelle.

Il nous manque déjà la composition corporelle dans les données entrée dans votre montre.

Pour ce qui est du NEAT (non exercise activity thermogenesis) et votre TEF, on peut considérer que la variation de votre fréquence cardiaque peut permettre de l’évaluer. Encore que, ça a ses limites.

Prenons 2 individus, de chacun 75kg, 1m75, 25 ans. Le premier est sec, sportif et musclé, son cœur bat lentement en raison de son passé sportif. Le second est plus gras, n’a jamais fait de sport de sa vie, et a un cœur qui bat plutôt vite, comme le reste de sa famille : c’est génétique.

On a donc deux individus qui ont rentré les mêmes données dans leur appli, mais l’un va avoir une fréquence cardiaque faible et l’autre élevée.

A votre avis, selon la montre, qui aura dépensé le moins de calories ? Celui dont la fréquence cardiaque aura été la plus faible. Or, il est plus que probable que le sportif ait un métabolisme plus élevé même en jour de repos !

Certains diront qu’il existe un mode « sportif » sur ces montres, mais cela ne fait qu’ajouter un coefficient complètement arbitraire.

Et c’est sans compter les variabilités interindividuelles génétiques de thermogénèse alimentaire et d’adaptabilité à la modification de la portion alimentaire, qui peuvent également intervenir lorsque vous êtes en surplus ou déficit calorique.

Pour vos dépenses quotidiennes et anodines, inutile donc de réfléchir très longtemps pour constater le manque de fiabilité.

Qu’en est-il à l’effort ?

Votre montre prend vos données, votre fréquence cardiaque, et y applique un coefficient lié à l’activité que vous lui suggérez.

Elle se base toujours sur ces données théoriques, avec une intensité d’effort déterminée en fonction d’une fréquence cardiaque maximale théorique. Or, il existe une très grande variabilité interindividuelle entre la FC max, ainsi que pour la variation de la FC à l’effort. Ainsi, la FC n’est pas liée seulement à la dépense énergétique mais à d’autres facteurs : niveau de stress, hydratation, chaleur, capacité VO2, etc.

Il existe aussi une variabilité génétique du coût énergétique à l’effort. Sur des activités 5 à 6 fois supérieures à la dépense énergétique de repos, une différence de 10% a pu être observée entre différents sujets.

Pour la musculation :

Pour la musculation, votre fréquence cardiaque peut rester élevée pendant vos temps de repos, alors même que vous n’êtes plus en mouvement. Il est peu probable que votre montre détecte si vous êtes encore en train de faire du leg curl ou non, car votre poignet reste immobile. Tout devient une question d’approximation, de capacité respiratoire et cardiaques personnelles, etc. Quelqu’un qui fait régulièrement du cardio aura probablement une augmentation moins importante du rythme cardiaque lors d’une série de squat. Sa montre en déduira-t-elle une série moins intense que pour un sportif débutant ?

Si vous travaillez en force, vos efforts seront tellement courts que votre montre risque de ne même pas les détecter correctement.

Enfin, la musculation augmente votre métabolisme de base de par la modification de votre composition corporelle : si vous êtes plus musclé, vous brûlez plus. De plus, vous brûlez des calories tout au long de votre fenêtre anabolique, car vos muscles ne se construisent pas par magie ! La réparation des fibres et la construction musculaire nécessitent de l’énergie, et ça, la montre ne vous le dit pas ! Une séance de musculation en elle-même brûle peu de calories, mais c’est une activité qui reste rentable en termes de dépenses/temps grâce à ses effets sur le long terme.

Conclusion pour la musculation : on oublie définitivement.

Pour le cardio :

La fréquence cardiaque et VO² évoluent de façon linéaire pour des intensités sub-maximales, mais ce n’est plus vrai dès que l’on atteint une intensité supérieure au seuil anaérobie et qu’on s’approche progressivement de sa VMA. Cette courbe FC / Vo² évolue de manière asymptotique. Votre fréquence cardiaque augmente très vite entre un footing léger et une allure plus rapide, mais cet effet se tasse et plus vous vous rapprochez de votre FC max, plus l’augmentation du rythme cardiaque se fait lentement, bien que quelques pulsations avant la FC MAX correspondent parfois plusieurs kilomètres /heure.

La fréquence cardiaque maximale se laquelle se base le constructeur étant théorique, et la vraie FC MAX étant variable selon chacun, la marge d’erreur est de plus en plus grande à mesure que l’intensité augmente.

Les montres ont aussi un podomètre, et parfois un accéléromètre, ou encore un GPS. Cela leur permet également de calculer la distance parcourue et de savoir si vous êtes en action ou en train de récupérer de votre série de fractionné (si vous courez). Cependant, même si on estime qu’un kilomètre parcouru nécessite 1 kcal par kg de poids déplacé (donc courir 1 km = ton poids en calories) cette formule ne tient pas compte de l’économie (ou efficacité) de foulée ! Pour brûler la même quantité d’énergie, un coureur devra ajouter quelques kilomètres chaque année !

Conclusion pour le cardio : c’est moins pire, mais ce n’est pas vraiment fiable non plus !

En résumé : si vous comptez vos calories, basez vos apports sur l’évolution de votre composition corporelle, et non pas sur les estimations fallacieuses d’un algorithme c     ar vous pourriez vous sous-alimenter tout comme vous suralimenter.

N’accordez pas à votre montre plus de légitimité que ce qu’elle ne mérite : tout comme les calculs et les formules, elle ne permet qu’une approximation, une base de travail. Vous pourriez être surpris de la marge d’erreur relative aux variations interindividuelles !

Une réflexion sur “Ta montre cardio te ment ?

Répondre à Requena Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.