Du Running au CrossFit ?

What ? Mais Violette, qu’est-ce que tu nous fais ? Tu passes l’exam Bayesian Bodybuilding et tu passes du côté obscur de la force ? T’arrêtes le running ?

Mais non, tout va bien. C’était une blague. Ah non.

Bref, un peu de sérieux.
Voici les raisons qui m’ont poussée à m’inscrire au CrossFit :

1) Le besoin de varier

Et tu cours.

Et tu cours.

Ah oui, et tu fais du renfo, mais pas du soulevé de terre hein? Juste du spécifique, du front squat, des fentes et du jump, de l’abduction de hanche et un peu tout ce que tu détestes.

Et puis le haut du corps, seules séances où tes charges gardent un semblant de décence. De toutes façons t’es mort, t’as juste pas envie de perfer, même sur de l’OHP. Tu bailles entre tes séries, et tu te dis qu’après le jour J, tu ne cours plus jamais de ta vie.

Même le golf te paraît un sport sympas, bref, tu paierais cher pour changer de sport.


Et après le marathon, virage à 180°, j’avais envie de recommencer. La perf’ (loin d’être une perf’ en fait) motive à continuer, à s’améliorer…

Mais là c’est le drame : ton corps est fatigué. Difficile de se l’avouer « mais ça vaaaaa, j’ai la pêcheuuuuh ». Toi oui, mais t’as un ligament qui a morflé, tes tendons qui te disent m*rde, et tu comprends que va falloir lever le pied sur les sports d’impact. Tu n’oses pas te fixer un nouvel objectif, tu n’as donc plus de raison de t’entraîner à fond, c’est le marathon blues. Mais en même temps au bout de 10 jours t’as qu’une envie : recommencer à te dépenser.

La course est un sport fatiguant sur le plan nerveux (plus que la force, même si la majorité des gens supposent l’inverse) et te motiver à aller à la muscu… Voilà quoi. L’avantage du crossfit : t’es pas tout seul, et une fois que t’as commencé, faut terminer. Les WOD sont différents, c’est ludique, varié… Et si c’est nouveau pour toi, t’as juste envie de tous les essayer.


Autre avantage, toi qui avais envie d’essayer tous les sports du monde après le marathon, tu te retrouves avec un panel d’activités sympas : gym, haltéro, renfo, HIIT, et même boxe ou yoga selon les boxes.

2) Les effets d’interférence entre bodybuilding et course à pied

J’ai pris l’habitude de courir beaucoup, et continuer à progresser en muscu de façon optimale est compliqué dans ces conditions. Il y a des effets d’interférence entre les disciplines, car les adaptations physiologiques sont radicalement opposées, et surtout de la fatigue. On ne peut pas être partout. Ajouter 2 ou 3 séances de fullbody avec des charges lourdes à mes séances de course, c »était un enfer physique et psychologique, et pas ce qu’il y a de plus optimal au niveau de l’organisation de mon planning (oui je bosse parfois).

Le CrossFit est à mi-chemin entre l’entraînement cardio et l’entraînement de résistance. Une belle combinaison des deux qui, effectuée correctement, permet d’éviter de se retrouver avec 6 séances éprouvantes par semaine pour travailler son cardio ET travailler ses muscles de façon efficace.

Tu bosses ton cardio sans impacts, tout en renforçant ton corps, tu te muscles, tu gagnes en puissance et en endurance musculaire, et tu bosses même ta mobilité. Aucun aspect n’est négligé: le CrossFit est une discipline très complète. D’ailleurs, le
CrossFit , c’est du cross training : de l’entraînement croisé.
Si certains choisissent le triathlon pour compléter la course à pied, je suis très mauvaise nageuse et pas fan de vélo.

Alterner CrossFit et course à pied, cela me semble un meilleur compromis que de continuer à alterner les deux objectifs radicalement opposés que sont la musculation et la course à pied, ce qui ne m’empêchera pas pour autant de continuer à aller à la salle régulièrement pour le plaisir.
Car oui, plaisir et performance ont clairement dépassé la dimension esthétique.

Note: ce n’est pas parce que certains font n’importe comment leurs mouvements que tout le monde fait ça. Si, à la muscu, je faisais mes tractions en strict, je ne vais pas me mettre à me tortiller comme un saumon au bout d’une canne à pêche pour le plaisir de battre mon score sur un WOD amrap (« as many reps as possible » dans un temps donné).

Conclusion

En attendant de savoir si je veux continuer « à long terme », je suis plutôt fière, car pour une débutante je charge souvent autant que les autres. On va dire que j’ai plutôt niveau correct en PPG (préparation physique générale). Pour l’instant je trouve ça fun et j’aime bien l’ambiance !

Un article suivra probablement avec les types de WOD les plus adaptés dans le but de progresser en course à pied !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.